Mondassur, votre expert
assurances voyages et assurances expatriés

+33 (0)1 80 87 57 80
 

Entretien avec Richard Werly, conseiller éditorial du Gavroche et correspondant pour la France et les affaires européennes du quotidien suisse Le Temps 

Richard_Werly-gavroche.jpg

1. Pourriez-vous vous présenter, et nous dire les raisons qui vous ont amenées en Thaïlande ?

Gavroche et la Thaïlande sont pour moi deux histoires anciennes, étroitement liées à mon parcours professionnel. Jugez plutôt: la création de Gavroche remonte à 1994. Cette publication francophone détient donc un record en Asie du Sud-Est: 25 ans d'âge ! Ce qui, pour un journal indépendant, financé par ses lecteurs et par la publicité, est une prouesse qu'il convient de saluer et qui fait, selon moi, une nette différence. Un exemple : la numérisation en cours des archives intégrales de Gavroche Magazine. Plus de 500 numéros, soit un témoignage unique sur l'histoire de la Thaïlande et des pays du Mékong. Gavroche-Thaïlande, c'est cela: un indéniable morceau d'histoire, un miroir dans lequel nos lecteurs peuvent se regarder et se retrouver. 

J'étais pour ma part jeune correspondant en Thaïlande en 1994 lorsque ce journal s'est créé. J'y ai très vite collaboré et je l'ai pour ainsi dire vu naître. J'y tiens une chronique, intitulée Rebond, depuis 2010, en tant qu’observateur lointain de la Thaïlande, puisque mes affectations pour Le Temps m’ont successivement conduit au Japon, à Genève, à Bruxelles puis à Paris. Imaginer que Gavroche, en raison des difficultés économiques inhérentes à la presse, vienne à disparaître, était pour moi profondément choquant. C'est pour cette raison que j’ai accepté d’apporter mon soutien éditorial aux repreneurs.  

 

2. Pourriez-vous nous présenter Gavroche et son équipe ? Quel est votre projet ?

Gavroche-Thaïlande est actuellement en pleine période de relance. Le nouveau tour de table d'actionnaires et de partenaires a été bouclé en août dernier, à la suite du départ de Philippe Plénacoste, l'animateur historique de la publication dont je ne soulignerai jamais assez le courage et la ténacité. Je conseille, depuis lors, la rédaction de Bangkok composée de trois personnes, aidées par des collaborateurs pigistes. Un nouveau rédacteur permanent vient d'être embauché. L’équipe va ensuite s’étoffer.

Gavroche, rappelons-le, offre trois plateformes d'informations à ses lecteurs et à ses annonceurs: une plateforme web, un magazine mensuel, et des lettres hebdomadaires d'information. L'originalité de notre projet est de travailler actuellement à une déclinaison de Gavroche et de ces plates formes en Afrique. D'ici un an, ce partenariat africain devrait être en place, offrant à nos annonceurs une dimension internationale francophone unique en son genre.

3. Comment peut-on s'abonner ?

Il suffit pour cela de vous connecter sur le site www.gavroche-thailande.com, rubrique abonnement. Un nouveau site web sera bientôt en place. Les formulaires d'abonnement au magazine seront simplifiés et faciles d'accès. La newsletter culturelle est gratuite. Autre spécificité du  projet: la mise sur pied d'une cellule de création de contenus éditoriaux en français pour les marques. L'Agence Gavroche produit déjà des textes pour les plates formes de plusieurs clients. Une idée est aussi d’organiser, à Bangkok, en 2019, un festival Gavroche. L’avancée et la relance se font pas à pas. Avec le plus grand respect pour nos concurrents qui contribuent, eux aussi, à la vitalité de la communauté francophone de la région. 

4. Quels conseils donneriez-vous à jeune expatrié en Thaïlande ?

La Thaïlande est un pays facile d'accès. Les valeurs de la société thaïlandaise, très imprégnée par le bouddhisme, sont évidemment très éloignées de celles en vigueur dans la société française. La langue est aussi difficile. Mais les Thaïlandais sont accueillants, ouverts, respectueux et amicaux envers les étrangers.

Mes conseils aux jeunes français désireux de s'expatrier ? D'abord se documenter. Rien n'est pire que de voir dans la Thaïlande un pays permissif, facile, où tous les excès sont permis. Comprendre la culture du pays est indispensable.

Autre conseil : avoir deux ou trois relais sur place. Des personnes de confiance capables de vous donner un coup de main.

Troisième conseil: soyez-vous mêmes. Les Thaïlandais n'attendent pas des jeunes français qu'ils copient les manières asiatiques. Travaillez donc à la française, soyez débrouillards. Mais en gardant toujours à l'esprit une indispensable retenue : ce pays n'est pas le vôtre. Appréciez-le ainsi.

5. Que pensez-vous du système de santé en Thaïlande ?

Je répondrai à votre question en deux temps.

Premier temps : l'infrastructure de santé et médicale.

Elle est de très bon niveau. C'est l'un des domaines dans lequel la Thaïlande a le plus progressé depuis ces deux dernières décennies. Partout, vous trouverez des docteurs anglophones. Les médicaments sont faciles à obtenir. Les hôpitaux sont propres, bien tenus. Les services d'urgence sont accueillants et professionnels. De plus en plus de cliniques spécialisées proposent en outre leurs services.

Second temps: la notion de système de santé. En France, cela veut dire sécurité sociale, remboursement, etc. Oubliez cela en Thaïlande. Tout se paye cash. D'où l'importance d'avoir une bonne assurance avant de partir, et de garder toujours sur soi une somme de monnaie suffisante en cas d'accident par exemple. J'insiste sur l'assurance. La Thaïlande est un pays ou de bons contrats d'assurance sont disponibles, contractés ou non depuis la France. C'est un impératif.

6. Des conseils de lecture ?

Lisez d’abord la presse internationale : le Monde, le Figaro…et bien sûr le Temps ! Lisez aussi Gavroche-Thaïlande! Mais pas seulement. D'autres sites webs bien informés existent. Mais lisez surtout quelques livres de référence. Je cite "Les 101 idées reçus sur la Thaïlande" que vient de publier notre collaboratrice Eugénie Merieau. Mon ex-collègue Arnaud Dubus a aussi publié un très bon "Thaïlande" aux éditions La découverte. Pour la région, je ne peux que vous recommander les livres de la collection « l'Ame des peuples » que je dirige aux éditions Nevicata. Nous avons des volumes sur le Cambodge, le Vietnam et le Laos !

Retrouvez Gavroche sur : www.gavroche-thailande.com

Pour vous abonner, c’est ici : http://gavroche-thailande.com/abonnement

Pour votre assurance santé Thaïlande, vous pouvez faire un devis gratuit sur ce site ou contacter notre équipe.

Le gouvernement espagnol dépense environ 10% du PIB pour les services de santé. En Europe, le pays occupe la 6ème position concernant le nombre de médecins, avec environ quatre médecins pour 1000 habitants.

espagne_assurance.jpg

 

• Le système de santé public :

La majorité des citoyens ont accès au système public d’assurance santé appelé Insalud (Instituto Nacional de Gestion Sanitaria). Les médecins de la Sécurité sociale espagnole travaillent pour l’institut national de la gestion sanitaire. Ils ne sont pas payés directement par le patient, ce qui explique l’homogénéité des tarifs de consultations.
Les soins dentaires et optiques ne sont pas pris en charge par Insalud. Pour être remboursé, il est donc impératif de souscrire une assurance privée ou une complémentaire santé.

Le système sanitaire public en Espagne est fortement décentralisé, ce qui entraine des inégalités dans l’accès au service. Les files d’attente et les délais d’intervention peuvent être très longs.


• Bénéficier de la sécurité sociale espagnole :

Les français installés en Espagne doivent justifier de leur résidence en Espagne et de leur participation au système de cotisation sociale. Ils doivent également être en mesure de justifier d’une des conditions suivantes afin de bénéficier de la carte sanitaire : avoir un contrat de travail en Espagne ou être inscrit comme travailleur indépendant, être inscrit comme demandeur d’emploi en Espagne après avoir travaillé en Espagne, être bénéficiaire d’une pension versée par un organisme espagnol.
Il est nécessaire de demander l’inscription sur les registres de santé 3 mois après l’entrée sur le territoire espagnol.

• Le système de santé privé :

- La mutuelle :
La mutuelle en Espagne n’a pas le même rôle qu’en France, où elle complète le remboursement des frais sanitaires qui sont en partie couverts par la sécurité sociale.
En Espagne, les mutuelles sont souvent proposées par les entreprises en complément du salaire. Le salarié cotise donc à la Sécurité sociale et adhère en parallèle à une mutuelle payante. Cette mutuelle possède son propre réseau d’hôpitaux, de cliniques, de laboratoires, et de médecins. L’accès aux soins est donc plus rapide que dans le système public.

• Assurance privées en Espagne :

Ces dernières années, le secteur de l’assurance santé privée s’est largement développé. 15% de la population y recourt comme alternative ou complément au système public.
L’assuré peut se rendre chez n’importe quel médecin et dans n’importe quelle clinique. Ses soins lui seront remboursés en fonction des modalités de son contrat d’assurance.
Mondassur vous propose son assurance GoldExpat qui vous rembourse les soins dispensés par les cliniques privées, et vous permet de choisir librement votre médecin et votre établissement de santé.
Comme d’autres systèmes européens, le système sanitaire espagnol est compétent, mais les délais d’attente et d’intervention sont longs. Si vous comptez vous expatrier en Espagne, Il est fortement recommandé de souscrire une assurance santé internationale au 1er euro qui vous permettra de bénéficier d'une prise en charge de vos frais de soins et d’hospitalisation.

L’Espagne est un pays attractif qui offre un cadre de vie agréable, un climat doux et ensoleillé. Si vous souhaitez vous installer en Espagne, sachez que plus de 120.000 français ont déjà fait le même choix.

vivre_en_espagne.jpg

 

  • Travailler en Espagne :

L’Espagne est un pays très ouvert aux expatriés, en particulier dans les services financiers, la construction automobile, les technologies de l'information et de la communication, l’aviation, l’agro-alimentaire,…

Consultez le site européen sur la mobilité de l’emploi, et faites fonctionner vos réseaux pour trouver du travail en Espagne.

Les « Oficina de empleo » (agences pour l’emploi) proposent aussi des offres d’emploi et vous aideront dans vos démarches.

  • Scolarité :

Les élèves étrangers qui souhaitent intégrer l’école espagnole maternelle, primaire ou secondaire n’ont pas besoin de faire homologuer leurs études précédentes, ils entrent directement dans la classe correspondant à leur âge. 

Il existe 23 établissements français en Espagne. Des bourses peuvent être accordées aux enfants des familles françaises qui ne disposent pas de ressources suffisantes pour assurer la prise en charge des frais de scolarité.

Il y a également beaucoup d'établissements anglophones, ainsi que des écoles suédoises et allemandes

  • Logement :

Les prix du loyer ne sont pas abordables dans les grandes villes, mais sont toujours avec charges comprises.

A Madrid et à Barcelone, les prix pour un appartement meublé sont à partir de 600 €/mois. Les colocations sont très fréquentes en Espagne, car elles coûtent deux fois moins cher.

Il est obligatoire de déposer un ou deux mois de loyer en dépôt et en espèces pour parer aux éventuelles dégradations que vous pourriez occasionner.

Il n’y a généralement pas d’état des lieux, faites des photos et dressez un inventaire si le logement est meublé.

Le bail dure en général 5 ans, avec un minimum d'un an. Il est préférable d'établir un contrat de location qui précisera vos engagements et ceux du propriétaire, ainsi que le montant des charges.

  • Coût de la vie :

En moyenne, le coût de la vie en Espagne est 17% moins élevé qu’en France. Les fruits et les légumes y sont moins chers tout comme la plupart des biens de consommations courantes. Les différences ne sont pas énormes mais peuvent nettement alléger votre budget.

  • Conduire en Espagne :

Faites attention, les radars sont nombreux en Espagne. La vitesse est limitée à 50Km/h en ville, à 100 km/h sur les routes et à 120 km/h sur l’autoroute.

En général, les espagnols respectent les distances de sécurité et ne sont pas agressifs au volant. Par contre, ils ont la mauvaise habitude de ne pas mettre le clignotant.

  • Habitudes alimentaires :

Les Espagnols ont l’habitude de prendre une collation à 10 h et 19 h, ils déjeunent vers 14 h et dînent entre 21 h et 22 h. Les restaurants servent donc des repas jusqu'à très tard dans l'après-midi et la soirée.

La cuisine est de type méditerranéen, à base d'huile d'olive, de féculents, de charcuterie, de fromages, de fruits et légumes.

L’Espagne s’offre à tous les goûts grâce à sa diversité extraordinaire et sa richesse culturelle. Voici une petite sélection des villes à visiter lors de votre prochain voyage en Espagne :

voyager en espagne

 

  • Barcelone :

La ville la plus visitée d’Espagne séduit ses visiteurs par ses plages et ses excellents bars à tapas.

Barcelone possède un héritage historique et artistique très riche. Les édifices modernistes d’Antoni Gaudi comme la célèbre Sagrada Familia et la Casa Batllo sont les plus visités de la ville. L’UNESCO a d’ailleurs classé les monuments les plus remarquables de Barcelone au patrimoine mondial

  • Madrid :

La capitale espagnole attire les voyageurs par son dynamisme et son énergie. Elle est aussi réputée pour ses musées et ses riches collections œuvres d’art. Le musée Padro fait la fierté de Madrid et abrite la plus grande collection au monde de tableaux espagnols. N’oubliez pas de visiter le palais royal et ses magnifiques jardins.

  • Cordoue :

Ou Córdoba en espagnol, cette ville d’Andalousie est connue pour ses différents styles architecturaux. Le monument le plus visité de Cordoue est la Mezquita, une immense mosquée qu’a été transformé en église catholique.

  • Valence :

Cette ville offre une symbiose parfaite entre tradition et modernité. Les sites les plus visités de la ville sont la cité des arts et des sciences avec ses structures futuristes et son océanarium, le Palacio Del Marquès de Dos Aguas, et le Mercado central.

  • Girona : 

Située à 103 Km au Nord-Est de Barcelone, cette petite ville catalane possède d’anciens quartiers médiévaux bien préservés. Partez à la découverte de ses bâtiments antiques, ses jardins botaniques, et ses maisons colorées qui longent les rives de l’Onyar et qui donne à la ville un air de Florence.

  • Tolède:

Ville des trois cultures, Tolède est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco grâce à son riche patrimoine architectural qui a été influencé par différentes civilisations.

  • Cadix :

Située sur la côte atlantique, cette ville ensoleillée est l’un des principaux ports d’Espagne. Montez en haut de la Torre Tavira pour une vue panoramique sur toute la ville.

  • Grenade :

Grenade est l’une des plus belles villes espagnoles grâce à l’incontournable Alhambra et les jardins du Generalife. Visitez le mirador de San Nicolas pour une vue imprenable sur toute la ville.

  • Consuegra :

Cette ville est peu connue par les touristes. Ses douze moulins à vent ont inspiré le célèbre écrivain Cervantes pour écrire Don Quichotte.

  • Séville :

Berceau du Flamenco, cette ville magnifique abrite de nombreux monuments comme le palais maure de l’Alcazar et ses jardins, la Giralda, et la Plaza de España…

  • Ibiza :

Le nom de cette île fait penser à ses plages paradisiaques et ses fêtes interminables. Pourtant, Ibiza se visite aussi pour sa richesse culturelle et historique. En 1999, de nombreux sites de l’île ont été protégés par l’UNESCO.

Pour profiter au mieux de votre voyage et éviter toute mauvaise surprise, n’oubliez pas de souscrire une assurance voyage espagne. Mondassur vous propose des assurances adaptées à vos besoins au meilleur prix.

Vous voulez partir à Hong Kong et vous vous interrogez sur la nécessité d’une assurance maladie pour votre séjour ? Mondassur vous informe sur le système de santé local, pour vous donner les clés pour prendre votre propre décision et de choisir l’assurance adaptée à vos besoins.

hong-kong-lantau-island.jpg

Généralités sur le système de santé

Le système de santé à Hong-Kong est l’un des meilleurs du monde. Il a d’ailleurs été classé système de santé le plus efficace du monde par l’agence Bloomerg en 2018. Et ce n’est pas la première fois !

En effet, les hôpitaux de Hong Kong disposent de matériel de pointe et de médecins parmi les meilleurs du monde. Le pays couvre également 90% ou plus des frais médicaux de ses citoyens, ce qui rend ses soins très accessibles. La preuve de cette réussite : l’espérance de vie à la naissance est la plus longue du monde !

Le système de santé se caractérise par un système public central, promouvant un accès universel aux soins sur le modèle du National Health System (NHS) britannique. Son financement ne se fait pas au travers d’impôts sur les salaires, mais sur directement les revenus de l’Etat. Plutôt que d’offrir une assurance santé aux citoyens, comme c’est le cas en France, l’Etat subventionne directement les hôpitaux à hauteur de 90% des frais fixés sur une grille tarifaire officielle. Ainsi, par exemple, un citoyen admis aux urgences ne paiera que de 100 HKD (environ 12€), ce qui correspond à 10% des frais médicaux réels.  

Si les hôpitaux publics couvrent la majorité des soins du pays, certaines opérations ne peuvent être réalisées que par des spécialistes privés. Or, les soins privés ne sont pas subventionnés et n’ont pas de grille tarifaire définie. Les prix des soins dans les hôpitaux privés sont donc incroyablement élevés en comparaison.

Les Hongkongais souscrivent donc généralement une assurance privée pour couvrir les dépenses des hôpitaux privés.

Attention, les frais médicaux publics ne sont remboursés que pour les possesseurs d’une carte d’identité locale. Les voyageurs et les expatriés payent donc leurs frais de santé dix fois plus cher que les résidents permanents.

Coûts pour les voyageurs et expatriés

Les coûts des soins publics pour les voyageurs et les expatriés se présentent comme suit :

- Pour une hospitalisation en urgence : 1 140 HKD (130€)

- Pour une hospitalisation dans un service spécialisé : de 1 140 à 4 600 HKD (130 à 515€) suivant le service

- Pour une consultation en médecine générale : 410 HKD (46€)

- Pour une consultation auprès d’un spécialiste : 1 130 HKD (127€)

Les coûts des soins privés sont variables. Le coût moyen d’une hospitalisation est estimé entre 23 000 et 65 000 HKD (2 575 à 7 280€) par les services diplomatiques français.

Vaccins recommandés

L’Institut Pasteur recommande de mettre à jour vos vaccins contre l’Hépatite A pour tout voyage à Hong-Kong. Pour les séjours de longue durée, ceux contre l’Hépatite B sont également recommandés.

Si vous voyagez dans une zone rurale ou isolée, les vaccins contre l’encéphalite japonaise, la rage et la typhoïde sont conseillés.

Risques sanitaires

Attention à la pollution de l’air à Hong-Kong. En effet, les pics et les nuages de pollution sont fréquents. Nous vous recommandons donc de vérifier quotidiennement le niveau de pollution de l’air sur le web ou sur votre téléphone. Des applications pour smartphones existent à cet effet. Le port d’un masque anti particules fines est recommandé en cas de forte pollution.

Choisir une assurance santé adaptée

Avant votre départ à Hong-Kong, pensez à souscrire une assurance santé Hong Kongpour vous couvrir en cas d’accident grave, de maladie ou d’hospitalisation, etc.

N’hésitez pas à contacter les conseillers commerciaux de Mondassur pour obtenir un devis gratuit et personnalisé pour une assurance santé international Hong-Kong.

Nos coordonnées

Nous joindre



+33 (0)1 80 87 57 80
+33 (0)1 80 87 57 87


Mondassur
19, rue des Longs Prés
92100 Boulogne - FRANCE


Nos horaires d'ouverture sont de 9h00 à 18h00, heure française, du lundi au vendredi pour contacter nos conseillers. Nos plateformes médicales pour les assurés sont joignables 24h/24 et 365 jours par an.

Vous avez des questions sur votre contrat d'assurance, pour souscrire une assurance voyage, pour obtenir un devis d'assurance expatrié ? Vous pouvez nous envoyer un email et nous répondons sous 24h00 jours ouvrés.

Nous sommes à votre écoute.