Chinese (Simplified) German Italian Portuguese Russian Spanish

Mondassur, votre expert
assurances voyages et assurances expatriés

+33 (0)1 80 87 57 80

photo

Vous prévoyez un tour du monde, un road trip à travers les Etats-Unis? Cependant niveau finance ça coince un peu. C’est dommage de ne pas partir pour une question d’argent. C’est pour cela que beaucoup de globe-trotters décident de chercher des petits jobs. Il s’avère que certains métiers sont plus faciles d’accès que d’autres pour les expatriés.
Dans un premier temps, pensez à rédiger votre CV dans la langue locale, ou au minimum en anglais.

1) Le premier job qui arrive dans le « top of mind » est Enseignant de langue ! C’est aussi le plus évident si vous disposez d’une langue maternelle différente que celle du pays dans lequel vous êtes. De nombreuses associations recrutent régulièrement des professeurs natifs.

2) Serveur est un job qui marche bien pour les expat’. Même si vous ne parlez pas très bien la langue du pays vous pourrez faire la plonge. Si vous maîtrisez bien la langue, présentez-vous directement dans les restaurants, cafés et bars, ces établissements recherchent souvent de la main d’œuvre.

3) Travailler au pair peut être la solution la plus pratique en fonction de vos besoins. Si vous avez un bon contact avec les enfants et que vous souhaitez vivre chez une famille, c’est le job idéal. Vous êtes logé, nourri et payé ! Vous pouvez passer par une agence de placement, mais faites attention aux limites d’âge qui existent pour ce travail.

4) Si vous aimez rencontrer du monde et que vous avez de bonnes capacités d’organisation, Animateur de club de vacances, est un job fait pour vous. Marionnettes, danse, animation en camping ou en centre de vacances, c’est un job diversifié que l’on peut exercer dans différents endroits !

5) Si vous aimez la concurrence, vous démarquez : blogueur voyage est votre destinée ! Pour vous rémunérer il vous faut Une belle plume, des compétences en web marketing et en référencement. C'est un long travail, mais de très beaux avantages sont à la clef, comme des voyages tous frais payés !

6) Faire de la figuration. Ame d’acteur ? Envie de participer à des séries télé, des publicités, etc. ? C’est plutôt amusant et rémunérateur. Vous n’avez pas spécialement besoin de parler la langue locale.

7) Le volontariat international. Il existe sous plusieurs formes : Service Volontaire Européen, Volontariat de Solidarité Internationale, Volontaire des Nations Unies... C’est une très bonne expérience à vivre mais c’est souvent de simples indemnités en retour.

8) Aider un agriculteur local, participer à la récolte. Souvent pour quelques jours ou quelques semaines. Les agriculteurs ont besoin de main d’œuvre et peuvent offrir de belles opportunités, même au niveau du logement ....

9) Employé de croisière maritime ! Vous ne connaissez pas le mal de mer ? Vous possédez un bon sens du service ? Les bateaux de croisières emploient beaucoup dans l’hôtellerie, la restauration, l’animation, etc. Joindre l’utile à l’agréable .....
De plus si la mer c’est votre terre à vous, que la plongée c’est votre domaine, vous pourrez trouver des jobs d’instructeur de plongée sous-marine dans de nombreux pays.

10) Pour finir, en tant que globe-trotter expérimenté, vous êtes bien placé pour être accompagnateur de voyage. Les voyagistes recherchent souvent des professionnels pour accompagner des groupes de vacanciers. Pas question d’être désorganisé : l’accompagnateur doit respecter un planning précis !

Mondassur statut employés
En France, nous assistons à l’augmentation constante du nombre d’expatriés. Au 31 décembre 2015, le nombre officiel d’inscrits était de 1 710 945. Parmi cette population, nombreux sont ceux qui sont envoyés par leurs entreprises dans des pays étrangers. Que vous soyez une compagnie prévoyant l’expatriation d’un de vos salariés ou bien un professionnel directement envoyé par votre entreprise dans un pays étranger, il est indispensable de connaître certains points essentiels sur l’expatriation.

Pourquoi choisir l’expatriation ?

L’expatriation répond à une logique d’internationalisation du marché, disposer d’un salarié à l’étranger permet à une entreprise d’étendre son champ d’action à l’international. Pour certaines entreprises, l’expatriation devient alors essentielle. L’entreprise doit alors définir le statut du futur salarié expatrié parmi deux solutions possibles : Le détachement ou l’expatriation

La différence entre un salarié expatrié et un salarié détaché

• Etre détaché

En restant détaché, l’employé reste affilié au régime de la sécurité sociale (assurance, chômage, maladie, vieillesse...) Ce statut est recommandé pour les courts séjours et lorsque le salarié répond aux conditions d’accès au régime des détachés. De plus, ce statut facilite le retour en France de l’employé.

Avantage :

C’est le statut qui offre le plus de sécurité à l’employé
C’est le statut qui facilite le plus le retour du salarié en France

Inconvénient :

Ce statut coûte très cher à l’entreprise

• Etre expatrié

Dans cette situation, l’employé n’est plus affilié à la sécurité sociale il dépend de la protection sociale du pays d’accueil, ce statut est recommandé pour de longs séjours. Il existe tout de même une solution pour que l’employé puisse maintenir son lien avec la protection sociale française, il devra adhérer à la CFE (caisse des français à l’étranger).

Avantage :

L’expatrié dispose d’une garantie juridique de réemploi à son retour
Le prix de l’expatriation est moins important que le détachement

Inconvénient :

L’expatriation fait perdre le bénéfice régime français de la sécurité sociale. Le salarié devra alors s’affilier au régime de la sécurité du pays d’accueil.

Etre un enfant d’expatriés est une expérience très enrichissante pour son futur

bnkh
Les enfants d’expatriés disposent d’une ouverture d’esprit, d’une ouverture à l’autre et d’une capacité d’adaptation supérieure à la moyenne. Cet enrichissement culturel comporte de réels atouts.


Etre français mais avoir déjà vécu dans 3 pays différents avant l’âge de quinze ans permet à l’enfant d’adopter une culture d’expatriation. Sans éprouver de sentiment d’appartenance, il prend un peu de chaque culture. Découvrir différentes cultures et façons de vivre permet à l’enfant de disposer d’une grande ouverture d’esprit. Au fur et à mesure de sa croissance, il va pouvoir faire la part des choses et choisir, en toute connaissance de cause, le pays dans lequel il veut vivre. Ce ne sera pas un pays d’adoption mais ce sera son pays, avec une culture qui lui correspond ! En effet malgré ce qu’on peut penser, seulement 22% des enfants d’expatriés sont expatriés à leur tour.


Pour les parents : s’expatrier, et d’autant plus avec un enfant, emmène forcément beaucoup de choses et d’imprévus à gérer. Partir serein avec une assurance pour expatriés est très appréciable, même indispensable. Les visites chez le médecin, hospitalisation, pharmacie, soins dentaires et optiques ne seront plus un problème avec une assurance santé internationale ! Peu importe le pays, peu importe les coûts des frais médicaux, vous serez remboursé à 100% des frais réels.


Beaucoup de parents interrogés disent « J’ai attendu d’avoir eu un problème durant une précédente expatriation pour souscrire à une assurance, si c’était à refaire, j’en aurais pris une depuis le début ! ».

Maintenant que vous êtes informé ne tardez pas à demander votre devis sur le site de mondassur.com

A l’heure où la croissance économique mondiale affiche de meilleurs résultats, les investissements directs à l’étranger sont en nette progression. Pour un entrepreneur français souhaitant créer une filiale ou lancer son projet à l’international, la localisation de son activité est un critère important à prendre en compte.
En 2015 la banque mondiale a établi un classement par rapports aux pays les plus attractifs du monde. Dans ce classement figure plusieurs critères tels que la facilité de création d’entreprise, l’obtention de prêt, le paiement des impôts, l’exécution des contrats....

Le classement complet : http://francais.doingbusiness.org/rankings

Quels sont les trois premiers pays ?
N° 1 Singapour

Mondassur Singapour

Au cœur des métropoles asiatiques, Singapour est la capitale la plus avantageuse pour l’installation d’un entrepreneur. Le point fort de Singapour réside dans « l’octroi de permis de construire » ainsi que dans « l’exécution des contrats ».


• Création d’entreprise : 10ème place
• Obtention de prêt : 19ème place
• Paiement des impôts : 5ème place
• Exécution des contrats : 1er place

N°2 Nouvelle Zélande

Mondassur Nouvelle zélande

Il s’agit de la deuxième année consécutive où la Nouvelle Zélande atteint la seconde place. Ceci étant dû à la facilité de création d’une entreprise, le transfert de propriété ainsi que la facilité de l’obtention de prêt.


• Création d’entreprise : 1er place
• Obtention de prêt : 1er place
• Paiement des impôts : 22ème place
• Exécution des contrats : 15ème place

N°3 Le Danemark

Mondassur Danemark

Cette année le Danemark atteint la 3ème place du classement, il s’agit du premier pays du continent européen présent sur le podium.

• Création d’entreprise : 29ème
• Obtention de prêts 28ème
• Paiement des impôts : 12ème
• Exécution des contrats : 37ème

Et la France dans tout ça ?

Mondassur Tour effeil

 

• Création d’entreprise : 32ème place
• Obtention de prêt : 79ème place
• Paiement des impôts : 87ème place
• Exécution des contrats : 14er place

Malgré un climat des affaires que l’on pense difficile, la France atteint la 27ème place du classement derrière la Suisse et devant les Pays Bas. Elle se situe devant la plupart de ses voisins européens.


Le cabinet d’audit Ernst & Young s’est penché sur le cas de la France et affirme qu’il s’agit « d’un des meilleurs endroits pour lancer son business ». L’explication va à l’encontre des idées reçues qui laissent penser que l’administration française est compliquée et peu dynamique. Au contraire, c’est grâce à cette administration française que les démarches de création d’entreprise sont facilitées. Seulement 5 démarches et 7 jours de délais suffisent à lancer son entreprise. À titre de comparaison, la moyenne des entreprises du G 20 s’établit à 7.6 procédures et 22 jours de délais.


Malgré de nombreux atouts tels que les infrastructures routières, une main d’œuvre disponible et qualifiée, le point noir de la France reste la fiscalité. Le total des taxes et impôts reversés par les compagnies françaises atteint 51,7% contre 24% de moyenne dans les pays du G20.

choc culturel mondassur

Découverte d'une nouvelle culture

Travailler à l’étranger c’est surtout une découverte, un changement culturel. Il faut s’habituer à de nouvelles manières de travailler et ce n’est pas qu’une question de barrière de la langue.

Suite à une enquête nous avons recueilli les témoignages de plusieurs français venus des quatre coins du monde.


Au Canada, la facilité d’embauche est la principale différence avec la France. Les jeunes Français pensent pouvoir y trouver un travail plus facilement. Loïs, une expatriée française, a constaté la chance qui est donnée de faire ses preuves. En effet si cela ne marche pas, le lendemain on est viré ! Donc si on progresse vite et qu’on est débrouillard et efficace, les portes s’ouvrent très vite. Cette facilité peut s’expliquer par un marché du travail plus flexible dans les pays anglo-saxons. D’ailleurs Vincent a constaté la même chose à Londres.


En Asie, la prise d’initiatives, proposer de nouvelles idées ou projets en entreprise n’est pas bien vu comme en France. Emilie a été très surprise par l’absence du concept d’initiative chez les employés et par la vision des employeurs.


A Dubaï, la différence culturelle la plus forte est la pause déjeunée ! En France, dans un boui-boui : elle est incontournable. Cependant à Dubaï ce n’est pas le cas ! Mouna nous raconte son expérience avec son nouvel emploi en marketing. Lors de son premier jour, son patron l’informe qu’elle est maître de son emploi du temps. Alors la première semaine elle allait au restaurant de l’entreprise. Elle apercevait parfois son patron, pressé, avec sa mallette. Mouna se disait qu’il était pressé d’aller manger ... Jusqu’au jour où elle prend de plein fouet la remarque de son patron « vous savez Mouna, ici ce n'est pas comme en France, nous n'avons pas de pause déj ! »


En Allemagne, on connaît tous les clichés sur la rigueur allemande. Le chronométrage des tâches peut faire partie de ces clichés. Mais pour Antonia c’est plutôt un mauvais souvenir ! « Oui, oui, le délai de réponse de mes collègues au service clients était chronométré ! »


Le syndrome du « oui » au Vietnam. Christophe, cadre, en parle le mieux : « un de vos collaborateurs vietnamiens ne vous dira jamais "non" par fierté et par conviction. En revanche, il n'est pas du tout évident qu'il vous restitue un travail correspondant aux attentes et objectifs malgré ses efforts. Le temps est donc plus long pour négocier et mettre en place une action dans l'entreprise »


Au final il suffit juste de s’adapter, comme pour tout finalement. Puis attention le plus gros choc culturel peut-être en France ! Pour Julie, après plusieurs années à l’étranger, retrouver la culture d’entreprise franco-française a été parfois un peu difficile.


Quels que soient les pays, l’assurance expatrié permet de voyager sereinement et de se concentrer sur le principal : s’habituer aux différences culturelles !

Nos coordonnées

Nous joindre



+33 (0)1 80 87 57 80
+33 (0)1 80 87 57 87


Mondassur
148, rue du Château
92100 Boulogne - FRANCE


Nos horaires d'ouverture sont de 9h00 à 18h00, heure française, du lundi au vendredi pour contacter nos conseillers. Nos plateformes médicales pour les assurés sont joignables 24h/24 et 365 jours par an.

Vous avez des questions sur votre contrat d'assurance, pour souscrire une assurance voyage, pour obtenir un devis d'assurance expatrié ? Vous pouvez nous envoyer un email et nous répondons sous 24h00 jours ouvrés.

Nous sommes à votre écoute.