Envie de partir faire le Tour du Monde ? Vous vous demandez comment organiser votre itinéraire ? Faite le en fonction des saisons !

Voici pour vous quelques indications pratiques :

Amériques

-Amérique du Nord : découvrez l’Est des Etats-Unis toute l’année, sauf  l’hiver car le froid y est mordant. Vous pourrez ainsi profiter de New York, Washington et l’ensemble des grandes métropoles de la région dans un climat très agréable. Du côté Ouest, vous pouvez vous y rendre de mai à octobre, pour profiter au maximum de San Francisco, Los Angeles etc.

-Amérique du Sud : deux choix s’offrent à vous pour visiter ce merveilleux continent. D’un côté, de mai à octobre vous pourrez parcourir les territoires andins tels que le Pérou, l’Equateur ou encore la Bolivie afin d’éviter la saison des pluies le reste de l’année. D’un autre côté, si vous souhaitez parcourir la Patagonie Chilienne ou Argentine, nous vous conseillons de vous y rendre de décembre à mars.

Asie

-Le nord de l’Asie : si vous envisagez de vous rendre au Japon, en Corée du Sud ou encore en Mongolie, nous vous conseillons de vous y rendre entre le mois de mai à octobre.

-Le sud de l’Asie : l’Inde, le Vietnam, le Cambodge, le Laos, la Chine… sont à découvrir d’octobre à avril. Au printemps, certaines régions d’Asie ne sont pas encore entrées en période de mousson et sont à la fin de leur saison sèche. C’est pourquoi il est indispensable de bien préparer son départ en tour du monde pour éviter la pluie !

Océanie

La magnifique Nouvelle-Zélande est à parcourir de novembre à avril, à moins que vous ne soyez attirés par les sports d’hiver. Les mois de mai et octobre sont plus propices au tourisme en Australie.

Afrique Australe

Pour les visites en Afrique du Sud, en Namibie ou encore au Botswana nous vous conseillons vivement les mois de novembre à mars. Le printemps est aussi une période agréable pour profiter des températures plus douces tout en évitant la foule de l’été.

Maintenant, à vous d’établir votre itinéraire-climat idéal !

Envie de découvrir le monde à travers le hublot et le ronron du train ? C’est une manière apaisante et originale de voyager; voici pour vous quelques exemples de trains légendaires:

-L’Orient Express

L’Orient Express est un train de luxe qui assure depuis 1883 la liaison entre Paris et Vienne. Ce train a inspiré de nombreux artistes, notamment Agatha Christie dans son célèbre ouvrage Le Crime de l’Orient-Express.

-Le Transsibérien

Ce train fait le lien entre Moscou et Vladivostok et traverse plus de 900 gares russes depuis 1891. Le voyage de Moscou à Vladivostok dure une semaine. Il traverse notamment la Sibérie et reste parfois le seul moyen de transport qui puisse accéder aux zones les plus reculées.

-Le Darjeeling Railway

Cette voie ferrée est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle relie Siliguri à Darjeeling. Ce train possède une réputation internationale, et est surnommé « le train jouet ». Utilisé lors de la période coloniale à des fins pratiques, le train est aujourd’hui principalement touristique.

-Le Rovos Rail

Le Rovos Rail a été crée en 1989 en Afrique. Les voyages vont de 48h à une quinzaine de jours et relient certaines des plus grandes destinations du Cap. Grâce à ce voyage vous découvrirez des paysages africains merveilleux.

-Le Train des Nuages

Le Train des Nuages se situe en Argentine, dans la cordillère des Andes. Son nom vient du fait que le train traverse de hautes montagnes, parfois à plus de 4000 mètres, et que l’on se retrouve au cours du voyage au milieu des nuages. Sur son trajet, la voie ferrée traverse un total de 29 ponts, 21 tunnels et 13 viaducs.

 

 

 

 

Bonne année 2014 à toutes et à tous !

Nous avons voulu cette année donner une tonalité africaine à nos vœux. Ce continent immense, culturellement et linguistiquement très divers qui connaît depuis quelques temps de nombreux changements et progressions positifs.

Plein de bonheur à tous et voici quelques souhaits de Bonne année en langues africaines !

 

Bonne année !

Happy New Year !

Voorspoedige nuwejaar !

Heri kwa mwaka mpya !

Sannad wanaagsan !

 !سنة جديدة سعيدة

 Si vous souhaitez partir découvrir l’Afrique cette année, nous vous conseillons vivement les mois de novembre à mars. Cependant, le printemps est aussi une période agréable avec des températures plus douces tout en évitant la foule de l’été.

Partagez vos expériences dans les commentaires !

Bon voyage !

Bonnes nouvelles pour toutes personnes souhaitant séjourner un an au Brésil!

Au mois de décembre 2013, la France et le Brésil ont signé un accord pour la mise en place d’un visa PVT (Programme Vacance-Travail) Brésil offrant aux personnes âgées entre 18 et 30 ans l’opportunité de partir au Brésil pendant un an.

Les conditions de participation se trouvent sur le site du ministère des Relations extérieures du Brésil.

Conditions de participation:

  • N’avoir pas déjà bénéficié d’un visa PVT Brésil
  • Disposer de ressources minimales lors de la demande
  • Avoir un certificat médical justifiant votre bon état de santé
  • Justifier d’une preuve d’assurance PVT pour le Brésil pour toute la durée du séjour
  • Partir au Brésil principalement pour du tourisme en ayant la possibilité de travailler
  • Avoir entre 18 et 30 ans à la date où vous faites votre demande de visa
  • Avoir un passeport valide pour la totalité du séjour
  • Avoir un billet d’avion retour ou des ressources suffisantes pour en acheter un
  • Ne pas être accompagné d’une personne à charge
  • Présenter un casier judiciaire vierge

Ce visa vous permettra de voyager au Brésil pendant une année, cependant il ne sera pas possible de prolonger le séjour au-delà de cette durée.

Vous ne parlez pas le portugais? Pas de soucis! Votre demande de visa ne pourra pas être refusé à cause d’un niveau insuffisant de la langue. En revanche, il sera bien évidemment plus facile de trouver du travail et de vivre au quotidien si vous la maîtrisez.

Les démarches officielles à faire pour l’obtention du Visa PVT ne sont pas encore connues, cependant elles devraient être fixées bientôt.

La « Journée Internationale de la Femme » est célébrée chaque année le 8 mars. Pour l’année 2014, le thème est « L’égalité pour les femmes, c’est le progrès pour toutes et tous ».

Cette journée s’inscrit dans l’histoire des luttes féministes et a été officialisée par les Nations Unies en 1977. Elle est là pour nous rappeler qu’il doit y avoir égalité entre les hommes et les femmes.

C’est une journée de manifestations à travers le monde pour améliorer la condition féminine et fêter les victoires et les avancées.

Rendez-vous sur le site web de votre ville pour en savoir plus sur les événements qui se dérouleront ce samedi le 8 mars.

Bonne fête et vive les femmes !

Grâce au « Visa J1 Work & Travel », vous pouvez partir aux USA cet été pour un job jusqu’à 4 mois !

Comment ça marche ?

  • Trouvez un « summer job » entre le 1 juin et le 30 septembre, les dates officielles du Visa J1 pour les Français, par exemple dans un restaurant, un hôtel, une colonie de vacances, etc…
  • Pour ce faire, vous pouvez contacter un organisme de placement ou « sponsor » comme EuropUSA du Visa J1 qui vous aidera dans vos démarches.
  • Vous pouvez également trouver vous-même, mais il va falloir toujours passer par un organisme officiel sponsor du Visa J1 pour faire la demande de visa.
  • Vous êtes obligé de travailler un minimum de 32 heures par semaine et être payé au moins le minimum légal, cependant vous avez le droit de travailler des heures supplémentaires.
  • Certains employeurs proposent des logements, mais pas tous.
  • Après la fin de votre contrat de travail, vous pourrez si vous le souhaitez rester un mois (30 jours) de plus pour découvrir les USA !

Bon voyage !

Êtes-vous curieux de la culture des Amérindiens aux Etats-Unis ? Alors, visitez une réserve indienne lors de votre prochain voyage aux Etats-Unis !

Il faut trouver une réserve ouverte au public car toutes ne le sont pas. Il y a beaucoup de réserves ouvertes au public dans l’état de l’Arizona telles que les « Navajos » et le « White Mountain Apache Tribe ».

Les réserves aux Etats-Unis sont connues notamment pour leurs casinos car leur statut politique unique autorise le jeu dans les Etats où il est interdit autrement.

Beaucoup de réserves sont équipées également d’infrastructures touristiques telles que des musées, des animations culturelles, des hôtels et des centres de vacances. Certaines tribus permettent même aux visiteurs d’observer ou de participer à leurs cérémonies culturelles et danses, mais pas toutes car cela reste sacré et privé pour de nombreuses tribus.

Il faut savoir que chaque réserve a son propre gouvernement et ses propres règles concernant les touristes, des lieux sacrés et des cimentières sont des zones réglementées et donc ne sont pas ouvertes au public et l’alcool est interdit sauf dans des zones désignées telle que dans les casinos.

Bon voyage !

Il est envisagé de mettre un terme à l’obtention du visa à l’arrivée en Turquie à partir du 11 avril 2014. Donc, si vous prévoyez de partir en Turquie, il va falloir faire votre demande de visa en ligne avant de partir.

Il s’agit d’un système électronique de demande de visa utilisé pour les visas touristiques et commerciaux et le processus prend environ trois minutes sur internet. Ce système a été lancé en 2013 mais il ne devient obligatoire qu’en 2014.

Dans le cas où un étranger arrive en Turquie sans visa, il sera en mesure d’obtenir son visa électronique aux bornes interactives placées dans les aéroports turcs.

La bonne nouvelle ? Les droits pour le nouvel e-Visa sur ce système seront moindres que ceux que l’on obtiendra dans les aéroports. Vous trouverez les informations sur les droits de visa sur le site web du Ministère des Affaires Etrangères de la République de Turquie.

L’Orient-Express, le train mythique de luxe qui assure depuis 1883 la liaison entre Paris et Vienne, et à l’époque, plusieurs autres destinations telles que Istanbul et Athènes, est en pleine transformation.

La SNCF a racheté aux enchères sept voitures dans le but de créer sa nouvelle filiale appelée « Orient Express » et de faire revivre le train de luxe. Il sera un nouveau symbole de luxe, de la croisière, du service d’excellence et du temps « lent ».

Aujourd’hui, il existe plusieurs destinations telles que Paris, Vienne, Istanbul, Venise, Londres…

Il reste à voir quels seront les nouveaux itinéraires proposés.

Si vous êtes intéressé pour partir en voyage avec ce train de luxe, merci de visiter le site de réservation de l’« Orient Express ».

Bon voyage et pensez à votre assurance voyage !

Partout dans le monde, les vélos en libre-service sont en forte croissance, et peuvent être un très bon moyen de transport en voyage. Et pourquoi pas ? C’est agréable, bon pour la santé, bon pour l’environnement et cela ne coûte pas cher !

Pour les courtes durées (environ 30 minutes), il est souvent gratuit ou alors il n’est pas très cher.

Pour vous donner une idée, voici quelques tarifs :

Paris :

30 minutes –> gratuit

1 heure –> 1€

Abonnement de 24 heures –> 1,70€

Londres :

30 minutes –> gratuit 

1 heure –> 1£ 

2 heures –> 6£

Abonnement de 24 heures –> 2£

Cela peut aussi être une excellente façon de découvrir la ville où vous êtes et de voyager autrement sans trop grever son budget !

Ces systèmes existent maintenant dans de nombreux pays tels que les Etats-Unis, la France, l’Allemagne, le Brésil, la Chine, l’Australie, la Russie et bien davantage…

Vous pouvez voir la liste complète de vélos en libre-service dans le monde sur différents sites ou google maps par exemple.

Attention, il faut prévoir une bonne assurance voyage qui vous couvre en cas d’accidents !

Vous êtes amoureux du ski et vous cherchez une expérience atypique pour votre prochain séjour au ski ?

Alors, rendez-vous à Hawaï, où le volcan « Mauna Kea », ce qui veut dire « montagne blanche » en hawaiien, est skiable de fin janvier au début mars.

Attention, ces pistes sauvages sont réservées aux véritables audacieux !

Il n’y a pas de remonte-pentes, ni d’entretien de pistes…Vous remontez la montagne en quad ou véhicule « quatre quatre ».

Un point culminant de ski Mauna Kea est la vue spectaculaire dont vous allez profiter. Du haut du somment de près de 14 000 pieds de Mauna Kea, vous voyez les autres volcans massifs des îles hawaiiennes appelés Mauna Loa et Haleakala ainsi que l’océan Pacifique.

Vous êtes prêt à partir ? Attention, pensez à votre assurance voyage avant de partir !

Bon voyage !

  1. La Cathédrale de Sel de Zipaquira : cette mine de sel se situe dans les environs de Bogota à 180 mètres sous terre. Aujourd’hui, on a construit à l’intérieur une belle cathédrale qui est devenue une destination religieuse très importante en Colombie et est considérée comme l’une des constructions archéologiques les plus intéressantes et les plus belles du pays.
  2. Le centre historique de Bogota : une ballade à pied dans cette ville charmante vous invite à un voyage dans le passé.
  3. Le Musée de l’Or : le musée se situe à Bogota et est visité par des touristes du monde entier de par les trésors précolombiens qu’il garde. C’est un véritable must de Bogota.
  4. Léticia, la porte d’entrée de l’Amazonie colombienne : dans cette région de Leticia, qui est située dans le sud dela Colombie, on trouve différents parcs nationaux et réserves. Vous pouvez découvrir ses parcs naturels et réserves à pied, accompagné d’un guide ou en kayak sur l’Amazone. Profitez de la faune et la flore magnifique et des animaux tels que des singes hurleurs, des dauphins roses d’Amazonie, des charapas (plus grande tortues d’eau douce au monde), des alligators noirs…
  5. La ville de « Cartanega de Indias » : se situant sur la côte nord dela Colombie, cette ville légendaire à la fois pour son Histoire et sa beauté, est un centre culturel et artistique très important du pays.
  6. Sierra Nevada del Cocuy : cette chaîne de montagne fait partie des chaînes de montagne les plus belles et les plus impressionnantes d’Amérique du Sud et attirent de plus en plus de randonneurs chaque année.
  7. La ville de Popayan : le centre historique de cette ville se parcourt à pied avec ses ruelles typiques, édifices religieux et monuments témoignant de son passé.
  8. Le « triangle du café » : installez-vous au cœur d’une « hacienda caféière » où vous aurez l’occasion d’être initiés à la vraie culture du café !
  9. La salsa à la ville de Cali : cette ville connue pour la salsa vit toujours au rythme de la musique et fait bouger des millions de personnes !
  10.  Les plages de Colombie :la Colombie possède 1 600 km de littoral sur la Mer des Caraïbes et 1 300 km sur l’Océan Pacifique et compte plus de 300 plages pour tous les goûts !

Bon voyage et pensez à votre assurance voyage !

1. La ville de Dubrovnik : autrement appelé la « perle de l’Adriatique », cette ville vous enchantera avec ses maisons couvertes de tuiles de roses, ses palais et couvents et ses airs mélangés latins et slaves.

2. Les lacs de Plitvice : passez une journée entière dans ce parc naturel en vous promenant tranquillement et en profitant de ces beaux lacs, reliés entre eux par des chutes d’eau magnifiques.

3. La région de l’Istrie : cette région, rappelant à certains l’Italie, a un charme unique de par son influence vénitienne et ses beaux palais baroques. Cette région est également connue pour sa gastronomie et plus particulièrement ses truffes…miam !

4. La ville de Zagreb : la capitale du pays est pleine de charme et a une riche histoire.

5. L’Ile de Hvar : visitez les plages magnifiques de cette île, une véritable oasis pour les personnes qui cherchent à se défouler !

Si vous cherchez une expérience atypique aux Etats-Unis, prenez une excursion au bord le Narrow Gauge Railroad !

Le chemin de fer au bord le Narrow Gauge Railroad relie Durango à Silverton depuis 1882. Il traverse notamment la Forêt Nationale de San Juan et offre des points de vue impressionnants et une expérience très originale aux USA.

Ce train historique remonte aux années de la ruée vers l’or aux Etats-Unis. Cet itinéraire était initialement conçu pour les chercheurs d’or et le chemin de fer est très important dans l’histoire de l’Etat du Colorado, tellement qu’il a été enregistré dans le registre national des lieux historiques.

Ce train n’est pas comme les trains de haute vitesse que l’on connaît aujourd’hui, il s’agit d’un train à vapeur qui vous laisse le temps de savourer toutes les belles vues panoramiques autour de vous !

N’oubliez pas de penser à vous souscrire une assurance voyage !

L’Inde et la Chine figurent parmi les destinations les plus réputées pour la richesse de leurs patrimoines culturels. Un aspect commun à leurs cultures : la place primordiale de la religion dans la société.

Un pays qui sait imposer sa culture : l’Inde

La culture indienne résulte du regroupement des différentes civilisations des peuples qui ont occupé son territoire. Parmi lesquels les Dravidiens, les Indo-européens (des fois appelés les Aryens), les Mongols et les Métis.

Il s’ensuit une diversité des langues utilisées : parmi plus d’une centaine de langues encore parlées par la majorité de ses habitants, 22 ont été reconnues officiellement par la Constitution de l’Inde. Et il est très probable que ce nombre augmente suite aux protestations de nombreux militants.

Autre particularité, qui étonnerait peut-être celui qui effectue un séjour en Inde pour la première fois : la présence du système des castes. Il s’agit de la subdivision de la société en classes hiérarchisées, héréditaires et endogames. Ce système complexe lié aux enseignements de la religion hindoue créée une certaine inégalité entre les hommes. Cependant, des actions sont menées afin d’éradiquer peu à peu ce système de discrimination pénalise certains groupes de la population, notamment, ceux appelés dalits (ou intouchables).

Du côté artistique, l’Inde a su imposer son identité propre à travers la musique, la danse, et le cinéma. Et ce, malgré l’influence étrangère. Ces arts commencent à s’étendre à travers le monde, véhiculant la richesse de la culture du pays et la tradition indienne.

La Chine. Une civilisation ancestrale qui perdure

La Chine est célèbre pour être l’un des rares héritiers des plus anciennes civilisations du monde. Son appellation « Empire Céleste » dénote l’importance de la religion dans sa culture.

Les doctrines du confucianisme, du taoïsme et du bouddhisme, qui de nos jours ont fusionnées pour former un syncrétisme, sont les piliers de la civilisation chinoise depuis 5000 ans.

Le confucianisme, fondé en 551 av. J.C par Confucius, est considéré comme une doctrine plus qu’une religion. Il dicte le code moral à observer depuis l’individu aux gouvernements.
Le taoïsme revêt à la foi un enseignement philosophique et religieux. Il a été systématisé par Lao Tseu dans son livre Tao Tö King, écrit aux environs de 600 av. J.-C.
Officiellement, le bouddhisme a été introduit en Chine en 67 apr. J.-C. Aujourd’hui, il compte le plus d’adeptes en Chine.

Le grand nombre des temples, qui attirera certainement l’attention du voyageur en Chine, témoigne à ce dernier la place occupée par la religion dans ce pays. De plus, les valeurs historiques et artistiques de ces lieux de culte sont dignes de la considération de n’importe quel visiteur.

Par ailleurs, les arts martiaux traditionnels ont été développés suivant les principes taoïstes et bouddhistes. Ils représentent l’un des aspects de la culture chinoise, devenant de plus en plus célèbres dans le monde.

Partez à la découverte de l’Inde et de la Chine en tout sécurité avec une assurance voyage.

Une île de contrastes réels, le département français de la Réunion est pourtant inconnu pour beaucoup de voyageurs du monde. Cette île unique au milieu de l’océan Indien est pourtant l’un des endroits les plus fascinants de la planète.

Moins célèbre que sa voisine l’île Maurice, ou les archipels britanniques de la République des Seychelles, la petite île de la Réunion semble noyée par l’Océan Indien, éclipsée par Madagascar, située à 2 heures et demie de vol. Les Français connaissent bien l’île, mais ils sont en fait peu nombreux à s’y être rendu.

Voici donc dix activités à découvrir absolument sur l’île :

  1. Admirez la splendeur des Trois Cirques ;
  2. Prenez un peu d’altitude pour admirer une vue panoramique de l’île ;
  3. Soyez actif.La Réunion ne demande qu’à être explorée à pied ou à vélo. Les amateurs de sensations fortes seront servis par les nombreux canyons.
  4. Goûtez les spécialités culinaires créoles à base de cari, et essayer le rhum local
  5. A Saint Paul, appréciez les étonnants étalages de marchandises bordant la plage ;
  6. Découvrez un volcan actif : une visite au Piton de la Fournaise s’impose ainsi qu’un détour sur la route du Grand-Brûlé pour y admirer les coulées de lave.
  7. Détendez-vous sur les plages les plus appréciées de la Réunion : à Saint-Gilles et au Boucan Canot.
  8. Imprégnez-vous de la vie locale dans les villages typiques créoles tels que Hell-Bourg, Entre-Deux ou Les Makes.
  9. Enfilez votre équipement de plongée pour aller à la découverte des poissons multicolores et des magnifiques tapis de corail ;
  10. Prenez un bateau pour accompagner les dauphins ou les baleines locales.

La réunion regorge d’activités touristiques, et vous pouvez trouver de nombreux séjours à la carte à la Réunion.  Alors qu’attendez vous !

Quand le rayonnement de la France passe aussi par la gastronomie!

 La gastronomie, patrimoine culturel français

Depuis 2010, « le repas gastronomique des français » est inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO. L’art du « bien manger » et du « bien boire » à la française a donc été reconnu officiellement au niveau mondial.

Cette aura culinaire est tout d’ailleurs bien visible dans la pop culture. N’avez-vous jamais entendu dans un film anglais un acteur prononçant à la française les mots « crêpes », « cabernet sauvignon» ou « escargot » ?  De nombreux termes culinaires ont aussi fait leur apparition dans les dictionnaires étrangers. On dira donc  bien en anglais « crème brûlée », « hors d’œuvre », « à la carte » ou bien « à la mode » (pour dire demander  un plat avec de la glace).

  Une source d’inspiration pour les chefs du monde entier

Grâce à cette reconnaissance internationale, la première édition de l’opération « Goût de France / Good France » a été organisée par le chef étoilé Alain Ducasse. Elle a permis une fois de plus de mettre en lumière la gastronomie française dans le monde. Quelques 1300 chefs étrangers présents sur les 5 continents ont ainsi répondu présents, et proposé des menus 100% français dans leurs restaurants le temps d’une soirée.

Forte de ce succès, la gastronomie française a de beaux jours devant elle. On peut aussi vous assurer qu’il y aura toujours un restaurant proposant une cuisine d’inspiration française où que vous soyez dans le monde.

Et vous, vous aimeriez goûter à la cuisine française vue par un chef étranger ? En tout cas, ne partez pas à l’aventure sans votre assurance voyage !

 

 

En y réfléchissant, il ne vous viendrait pas à l’esprit de voyager en train dans un pays aussi grand. Et pourtant, de plus en plus de touristes choisissent ce mode de transport pour se déplacer.

 

Pourquoi voyager en train ?

Avec des voyages qui peuvent durer plus de 30h, il est normal de se poser la question du bien-fondé d’une telle idée. Voyager train est un appel à l’aventure et fait partie de notre imaginaire collectif mais surtout, dans un pays si vaste, c’est un moyen de prendre son temps et de savourer de chaque instant. En général plus économique que l’avion mais surtout beaucoup plus écologique, c’est une invitation à changer d’air mais aussi à rencontrer d’autres voyageurs, américains ou touristes comme vous.

Embarquez pour un voyage Chicago – San Francisco avec le California Zephyr ou bien à bord du Cardinal pour un trajet New York – Chicago… Tout dépend de vos envies, et surtout du temps dont vous disposez !

Comment ça marche ?

Bonne nouvelle, il est en plus extrêmement simple de réserver vos billets! Il vous suffit d’aller sur le site de l’Amtrak (qui est traduit en français !) équivalent à notre SNCF.

Ensuite, vous n’aurez plus qu’à choisir les dates de votre voyage, notre destination et enfin la catégorie de vos billets. En fonction de votre budget, vous pourrez dormir en classe économique ou bien en wagon-couchette, dans un style plus « Orient-Express »

N’hésitez donc plus à partir vivre une expérience unique en toute sécurité, avec votre assurance voyage !

Ca y est, vous partez enfin étudier dans une université aux Etats-Unis ! Un vrai rêve qui va se réaliser… Mais il ne faut pas oublier quelques formalités administratives !

Les soins médicaux pouvant être très coûteux aux Etats-Unis, il ne faut surtout pas oublier son assurance étudiant international. C’est pourquoi les universités américaines exigent une assurance santé internationale pour étudier aux USA qui corresponde à des critères très précis.

En voici une liste non exhaustive :

- L’assureur doit être présent physiquement aux USA et répondre à des critères de solvabilité précis.

- Les attestations doivent être traduites en anglais et leur montant doit être en dollars.

- Un palier minimal de prise en charge des frais médicaux est décidé par votre université américaine.

Ces critères exigés pour les assurances étudiants aux USA sont très spécifiques et c’est un vrai casse-tête d’en choisir une qui sera effectivement acceptée par votre université américaine.

C’est pourquoi, EuropUSA vous propose en exclusivité un contrat d’assurance compatible avec les exigences des universités aux USA. Il s’agit de l’assurance Premium Extension, une assurance pour vos études aux Etats-Unis.

Partez l’esprit léger avec cette assurance santé internationale pour étudier dans votre université américaine.

Mais surtout, n’oubliez pas de vous amuser et de profiter à 100% de cette expérience unique !

 

Les vacances sont là et vous avez très envie de partir. Malheureusement, vous vous y êtes pris un peu en retard et vous ne savez pas où aller car vos destinations requièrent des visas. Pas de panique ! De nombreux pays proposent aux Français de faire du tourisme et ce sans visa.

  • La France d’outre-mer :

Le France, c’est aussi l’outre-mer ! Il est possible de partir à l’autre bout du monde et ce sans visa ni passeport ! A vous la Réunion, la Martinique, la Guyane…

  • L’Union Européenne et l’espace Schengen :

Tous les pays européens vous sont accessibles sont aucun visa, et même sans passeport ! Une simple carte d’identité suffit. C’est l’idéal si vous réservez vos vacances à la toute dernière minute et que vous ne voulez pas faire trop d’avion.

  • Les autres régions du monde :

Lorsque les autres pays du monde ne requièrent pas de visa, c’est généralement pour une période de moins de trois mois ! Idéal pour partir en tant que touriste avec juste un passeport en poche.

Toutes les Amériques vous sont ouvertes sans visa, sauf les Etats-Unis, Cuba et le Guyana. Dans les autres régions du monde, la situation est plus compliquée et peu de pays ne requièrent pas de visa (Maroc, Tunisie, Japon, Thaïlande, Nouvelle-Zélande…)

Renseignez-vous bien avant de partir dans ces régions, car certaines situations sont spécifiques.

Et vous, quand est-ce que vous partez ? En tout cas, partez en toute tranquillité avec votre assurance voyage !

Avec l’essor des plateformes de cours en ligne ouverts à tous depuis quelques années, on assiste à une véritable démocratisation du partage des connaissances sur Internet.

Dans cette lignée, le site digiSchool documents propose désormais aux étudiants d’avoir accès gratuitement et librement à des cours et méthodologies à appliquer pour leurs documents académiques (rapports de stage, mémoire etc.) et professionnels (lettre de motivation, modèle de CV). Et gros plus, le service existe en français mais aussi… en anglais ! Parfait pour vos études aux Etats-Unis !

 Quels documents proposés ?

De l’histoire à la chimie, en passant par les langues (idéal si vous souhaitez partir à l’étranger !) tous les grands domaines d’activité y sont représentés. Il est donc facile de trouver un cours de sciences humaines gratuit ou un cours de biologie sur la structure des cellules par exemple. Aussi, tous les types de contenus sont disponibles gratuitement : fiche de lecture, dissertation, rapport de stage, lettre de motivation

 Une plateforme gratuite fondée sur le partage

Le service repose sur un système très simple de jetons. Ils sont attribués lors de l’inscription, du partage de documents mais aussi lorsque l’utilisateur note ou commente un document. Ce système favorise donc la notion d’échange et de partage entre étudiants.

Pourquoi utiliser digiSchool documents ?

C’est une communauté de 2 millions de membres au cumulé qui s’activent pour partager leurs connaissances et en faire profiter les autres, avec plus de 16 000 ressources pédagogiques au total. C’est aussi l’un des fers de lance de la galaxie de sites digiSchool, notamment à l’international.

Alors, besoin d’un document gratuit ?

 

De nombreux touristes partent en vacances au Pérou, dont le monument le plus fameux est le Machu Picchu et ses montagnes mystérieuses.

Le site sera cependant fermé aux visiteurs en avril 2016, pour travaux de rénovation et de conservation. Avec quelques 2000 visiteurs par jour, le site classé au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1983, croule sous le flux touristique et nécessite un entretien exacerbé.

Une fermeture du Machu Picchu en deux temps

L’accès à la montagne Wayna Picchu sera donc fermé aux visiteurs du 1er au 15 avril 2016. Puis, du 16 au 30 avril, ce sera l’accès au site principal qui le sera. Il sera donc impossible de visiter les ruines du site archéologique Machu Picchu ainsi que la montagne qui lui a donné son nom.

Le chemin de l’Inca, inaccessible en février

Comme tous les ans depuis 2002, le chemin de l’Inca, route menant jusqu’au Machu Picchu, sera fermé au public en février. Là aussi, à cause de l’exceptionnelle fréquentation du chemin, il est nécessaire de le fermer afin d’effectuer les réparations et entretien nécessaires.

Si vous aussi vous souhaitez partir découvrir le magnifique site du Machu Picchu, il est donc recommandé de ne pas y aller entre février et avril 2016 !

Et vous, qu’attendez-vous pour partir avec votre assurance voyage internationale ?

 

Depuis juin dernier et la signature de l’accord de PVT entre le Chili et la France, c’était l’incertitude. Mais ça y est, la nouvelle est tombée sur le site du Ministère des Affaires Etrangères: le PVT Chili entrera en vigueur dès le 1er novembre 2015.

Les conditions à remplir pour profiter du nouveau PVT Chili

Les conditions obligatoires à remplir pour ce nouveau PVT seront les mêmes que pour les autres WHV déjà en vigueur, dont entre autres:

Mais attention! Les places seront limitées par un quota fixé à 200 places par an pour ce PVT Chili. Et dernière contrainte, mais pas des moindres: il vous faudra prouver que vous disposez de fonds d’un minimum de… 2500 euros.

Vous avez désormais les choix de neuf destinations pour partir en Programme Vacances Travail : Canada, Hong-Kong, Corée, Argentine, Chili, Russie, Japon, Nouvelle-Zélande, Taiwan.

Si vous souhaitez faire du tourisme alternatif et une expérience inoubliable, pensez au wwoofing. Petites explications.

Histoire du wwoofing

Le WWOOF (World Wide Opportunities on Organic Farms) est le principal réseau mondial des fermes bio. Créé en 1971 en Angleterre, cet acronyme signifiait au départ « Working Weekends on Organic Farms » où chacun s’il le désirait pouvait passer un weekend à aider une ferme bio en travaillant bénévolement pour eux. L’opération avait alors pour but de promouvoir une agriculture biologique auprès des citoyens anglais.

Quel est le principe du wwoofing?

Peut importe votre âge et votre origine, il vous est possible de séjourner dans une ferme bio accréditée Wwoof et d’y travailler en échange du gîte et du couvert.Mais attention, ce sont souvent des travaux physiques qui vous y attendent, donc ne partez pas sans être bien préparé et avoir demandé à votre ferme d’accueil quels seront les tâches qui vous y attendront.

Statistiques du wwoofing

On trouve en Australie le plus de fermes : plus de 2000 pour 12000 volontaires ! La France, quand à elle propose 800 fermes pour 9000 volontaire, ce qui n’est pas négligeable.

N’hésitez plus pour partir faire ce voyage hors du commun! Mais surtout n’oubliez pas votre assurance voyage internationale avant de partir!

partir au vietnam-conseils voyageurs

Vous aimez le Vietnam ? Pourquoi ne pas partir à sa découverte ? C’est une terre qui offre pleines de merveilles à découvrir et pleines d’exploits à faire. Naturellement et culturellement riche, Vietnam vous garantit un voyage hors du commun. Mais avant de partir pour ce pays, prenez en considération ces quelques conseils pratiques.

Conseils pour votre voyage

Le Vietnam est un pays magnifique. Un voyage dans cette partie du monde, c’est des sensations fortes garanties. Cependant, prenez en compte, avant même votre départ, que vous devez régler au mieux vos passeports et vos visas et d’en réaliser des photocopies, car ils vous seront fréquemment demandés à l’entrée du territoire. Sachez également que les monnaies du pays ne sont pas convertibles hors frontière. Mais pour vous aider, vos cartes Visas ou Master Card seront acceptées dans les hôtels. La vie vietnamienne n’est pas vraiment chère. À seulement 10,000 VND, vous pouvez avoir des nourritures de rue, entre 40,000 à 100,000 VND manger aux restaurants de toutes vos préférences, et entre 80,000 et 200,000 VND avoir les vêtements de vos souhaits (le prix est négociable). Dans ce pays, les moyens de transport les plus prisés sont les taxis. Assurez-vous lors de vos déplacements en ville que vous avez à faire avec une compagnie assurée comme Mai Linh ou Capital Taxis. Pour ce qui est de la santé, vous devez sans attendre faire des vaccinations de voyage pour ne pas être affecté par les mauvaises conditions d’hygiène du pays. Si vous voulez savoir un peu plus sur le voyage au Vietnam, veuillez cliquer ici.

Prenez de l’assurance voyage

L’assurance voyage est strictement obligatoire pour tous ceux qui veulent prendre des séjours au Vietnam. Un voyage implique parfois des risques et des imprévus tels que la perte de bagages, l’annulation ou le retard d’un vol, une urgence médicale, un décès, etc. Et c’est l’assurance voyage qui est le moyen le plus sûr de vous garantir des séjours protégés et assurés. Votre assurance voyage s’occupera sans doute de vous rembourser les frais médicaux que vous avez engagés une fois à l’étranger. Elle couvrira également vos frais d’annulation (voyage, vol, hôtel), votre rapatriement, vos frais juridiques en cas d’infractions, vos appareils électroniques, etc. Au Vietnam, il existe plusieurs assurances voyages, mais l’essentiel c’est que vous ayez choisi celle qui couvrira largement vos attentes en voyage dont vos frais médicaux. Si par malheur, il vous arrivait quelque chose de grave, on vous conseille formellement de ne pas vous rendre dans un hôpital vietnamien, car le prix pour expatriés est généralement élevé.

mondassur-mexico-10 raisons de vivre au Mexique

mondassur-mexico-10 raisons de vivre au Mexique

1. Partir à l’aventure

Tentez une nouvelle expérience en s’expatriant au Mexique. C’est le moyen d’apprendre une langue, de découvrir une nouvelle culture riche en histoire, de goûter à de nouvelles saveurs, mais aussi de booster votre carrière professionnelle.

2. Nouvelles opportunités professionnelles

En tant qu’étranger au Mexique, il est plus facile de trouver du travail au Mexique. Vous représentez une plus- value non négligeable alors servez de cet atout pour mettre toutes les chances de votre côté. Les secteurs porteurs sont l’automobile, l’éducation, la formation, l’électronique, l’énergie, l’équipement pour la protection de l’environnement, la construction, la sécurité, les télécommunications, le tourisme.

3. Pouvoir d’achat plus fort

L’étranger a un fort pourvoir d’achat au Mexique étant donné que le coût de la vie est moindre (entre 2 ou 3 fois moins cher qu’en Europe).

4. Facile de s’intégrer

Il est très facile de s’intégrer au Mexique. Les locaux sont très curieux et chaleureux et s’intéressent beaucoup aux cultures étrangères. Il est donc très facile de se faire des amis parmi les locaux.

5. Pour son rythme de vie

Le rythme de vie est complètement différent. Que ce soit au travail ou au quotidien les mexicains ne connaissent pas de stress. C’est une autre mode de vie. Ici on vit surtout la nuit. Plus besoin de courir au supermarché avant sa fermeture. A 3h du matin vous auriez toujours un endroit où vous pourriez faire vos courses, manger ou faire la fête. Côté ambiance vous ne serez pas déçu !

6. Maîtriser une nouvelle langue et culture

Vivre sur place est un bon moyen de maitriser parfaitement l’espagnol et de comprendre son histoire. Le Mexique est très riche avec ces grandes civilisations mayas et aztèques. Osez parler avec les locaux, ils seront ravis de partager avec vous leurs coutumes et croyances ancestrales.

7. Transport

Les transports en commun mexicains sont très modernes, très bien desservis et peu chers ($3 le trajet). L’aéroport est par exemple desservi par la ligne 5 du métro destination Terminal Aérea. Ils ouvrent en semaine de 5h à minuit, le samedi de 6h à minuit et dimanche de 7h à minuit. Les autobus sont les moyens de transport les plus utilisés pour aller dans les provinces mexicaines.

Bon à savoir : il n’y a aucun horaire de passage pour les transports en commun, uniquement des abris de bus ou arrêts signalés.

8. Climat

Vous trouverez un cadre paradisiaque avec ces merveilleuses plages qui n’ont rien à envier aux autres plages. Il n’y que 2 saisons au Mexique: la saison sèche qui s’étend de novembre à mai et la saison des pluies de juin à octobre, allant de 15 à 35 degrés.

9. Nature

Le Mexique possède une grande diversité de paysage avec ses forêts tropicaux, les canyons de Barrancadel Cobre, la végétation subtropicale, les grands déserts les volcans ou encore ses plages paradisiaques.

10. Gastronomie

La gastronomie mexicaine est très variée : quesadillas, enchiladas, tacos, nopal, gorditas et ces délicieux fruits « tropicaux » qui sont ici des fruits basiques.

 

mondassur-année du Mexique en France

Mondassur-année du Mexique en France

Suite à l’affaire Florence de Cassez, l’année du Mexique de 2011 en France, avec plus de 350 évènements organisés, a été annulée. L’année 2016 est l’occasion d’ouvrir une nouvelle page entre la France et le Mexique. Une grande exposition va être tenue au Grand Palais à Paris pour représenter la culture mexicaine, maya et aztèque.

Le programme de 2016 va surement s’inspirer du programme de 2011 avec de nombreuses représentations sur les collections des musées et des expositions artistiques de la civilisation mexicaine ancienne et moderne.

Si les francophones connaissent bien le Mexique pour ses civilisations mayas et aztèques, ses tacos, et ses plages. En revanche ils sont loin d’imaginer la richesse du Mexique moderne. C’est l’opportunité de goûter à toute la diversité gastronomique et d’apercevoir l’artisanat mexicain traditionnel important pour l’économie du pays.

 

mondassur-10 bonnes raisons de travailler à Singapour

Ville de Singapour

Pourquoi Singapour est le nouveau rêve américain Asiatique? De plus en plus de Français cherchent l’aventure en Asie pour booster leur carrière. Voici les 10 raisons qui expliquent leur choix :

1. Le dynamisme

Avec 2% de chômage depuis 5 ans, Singapour est la nouvelle métropole dynamique qui attire de plus en plus de cadres souhaitant booster leur carrière ou les jeunes en quête de nouvelles expériences en Asie. Les secteurs qui recrutent le plus sont les opérateurs de production, la comptabilité et la finance, l’ingénierie, le secrétariat et l’assistance administrative, les représentants des ventes, les chauffeurs de taxi, l’enseignement, l’assurance et les techniciens.

2. Système de santé

Le système de santé singapourien est très compétent et reconnu à l’international. Néanmoins il n’y a pas d’accord de sécurité sociale entre le France et Singapour. C’est pourquoi il est primordial de prendre une assurance santé expatrié à Singapour.

3. La qualité de vie

La qualité de vie est l’une des meilleures en Asie avec une politique stable, la propreté des rues, les logements souvent aménagés avec piscine et les nombreux centres commerciaux, restaurants et bars.

4. Les transports en commun

Le système de transport singapourien, en plus d’être pratique et efficace, est peu cher. Les métros sont très performants et desservent les principaux accès. Les taxis ont très prix aussi compétitifs que les transports en commun pour des petites et moyennes courses. Ce sont des éléments non négligeables car posséder une voiture à Singapour est un luxe !

Bon à savoir ! Il est interdit de manger dans les transports en commun sous peine d’amende de $500.

5. La sécurité

D’après le classement fait par The Economist Intelligent Unit, Singapour est la 2ème ville la plus sécurisée au monde. Pas étonnant, vu que Singapour est connue pour ses lois poussées sur la sécurité et la propreté ainsi que ces amendes sévères.

mondassur-securité à Sinagpour

La sécurité à Singapour

6. L’éducation des enfants

L’enseignement à Singapour est connu pour être l’un des plus complexes et sévères dans le monde. Les langues enseignées sont l’anglais, le chinois, le malais et le tamoul. Nombreux étudiants asiatiques viennent faire leurs études supérieures à Singapour pour apprendre à la fois l’anglais et le chinois

7. La langue

Il est tout à fait possible de travailler à Singapour sans connaitre les langues locales. La plupart des entreprises pratique l’anglais pour leurs affaires.

8. La météo

Comme tous les pays d’Asie du sud-est le climat est tropical avec seulement une saison sèche et une saison des pluies. Les températures sont très agréables et varient entre 20 et 35°C dans l’année.

9. La gastronomie

La gastronomie singapourienne est le reflet de la variété de la population. Un vrai mélange culinaire entre les saveurs chinoises, indonésiennes et malaisiennes. La dégustation du durian est un passage obligatoire pour se faire apprécier des locaux.

mondassur-singapour-gastronomie

gastronomie à Singapour

10. Une ville moderne proche de la nature

Plusieurs jardins sont disposés au cœur de la ville. Si vous voulez changer d’air vous pouvez même faire tout un circuit de trekking accessible en métro !

 

mondassur-coree_voyage insolite

mondassur-voyage insolite en Corée du Sud

Pour vivre une expérience exceptionnelle en Asie, rien de mieux que de découvrir les visages insolites de la Corée du Sud.

Séjourner dans un temple coréen

Envie de se ressourcer ou de retrouver l’équilibre en soi ? Les touristes peuvent profiter le temps d’un voyage Corée du Sud pour combler leurs besoins respectifs. En fait, ce pays d’Asie de l’Est couvre la moitié de la péninsule et possède des atouts exceptionnels dans le domaine du tourisme. Hors des sentiers battus, elle offre aux routards une opportunité de s’initier à la vie au temple, une option idéale à saisir pour ceux qui sont à l’assaut de calme et de zen. Sur ce, le parc national de Songnisan abrite le temple de Beopjusa, un lieu de repos très convoité par les amateurs de la méditation et du monde spirituel. Au passage, les visiteurs peuvent admirer de magnifiques plantations de thé de Boséong.

En ce qui concerne le temple bouddhiste de Mihwangsa, cet endroit est réputé pour vivre et apprendre de la méditation zen ainsi que des prières. L’objectif de ce parcours vise à rendre le corps et l’esprit en parfaite harmonie grâce aux nombreuses activités mises à la disposition des aventuriers. Ces derniers peuvent également faire des échanges culturels avec les moines bouddhistes et de comprendre par la suite les bienfaits du bouddhisme. Ici, les vacanciers sont contraints de s’adapter au rythme quotidien des moines, à savoir, réveil matinal, repas végétariens, habits traditionnels, et bien d’autres encore. À l’évidence, la vie au temple semble assez stricte et chaque visiteur devra se plier aux règles de vie en communauté.

Être témoin d’un miracle en Corée du Sud

Oui, le miracle existe, et ce, deux fois par an en Corée du Sud. En fait, il s’agit d’un phénomène insolite. Au début du mois de mai et au milieu du mois de juin, les eaux de la mer Jaune se séparent, et à cet effet, une chaussée de 3 km de long et 40 mètres de large se dévoile entre les îles de Jindo et Modo. Les habitants des deux localités peuvent donc se rencontrer à mi-chemin, et une fête est organisée à Hwoedong pour cette occasion. Le festival « Miracle de Moïse » fait le bonheur des petits et grands en s’éclaboussant dans l’eau et en admirant les feux d’artifice. Cet évènement reste un qui suscite la curiosité des croyants ou non.

Pour rendre le voyage Corée du Sud des plus originaux, il faut vivre cet épisode. Selon la légende, il y avait eu des invasions fréquentes de tigres au village de Hwoedong, ce qui a poussé les habitants à fuir sur l’île de Modo. Pour faire la traversée, les visiteurs doivent porter des bottes, et payer environ 8 euros à l’entrée du festival où ils pourront apprécier les concerts de musique folklorique. La fête du miracle de Moïse est aussi prisée par les fins gourmets, car on y propose de délicieux plats composés avec des produits de la mer, dont le deumbukguk. Celui-ci est une soupe composée de sargasses, viande de bœuf, coquillage.

 Pour en savoir plus sur la Corée du Sud avec Mondassur : la fiche pays

Pour voyager en Corée du Sud : votre voyagiste Marco Vasco

mondassur-voyage au brésil-lieux incontournables

mondassur-brésil

Lors d’un voyage sur mesure Brésil, les touristes seront à coup sûr éblouis par la beauté de ce pays. Cette destination regorge tant de merveilles à découvrir qu’un séjour ne suffira pas. Toutefois, un voyage à la carte permettra aux vacanciers de visiter certains des incontournables du Brésil.

Parmi les curiosités du territoire, le Pain de Sucre est incontestablement le plus populaire. Ce piton rocheux de Rio de Janeiro culmine à 396 m de haut. Au sommet, la vue sur toute la baie est indescriptible surtout la nuit, quand la ville s’illumine de mille feux. Pour accéder au Pain de Sucre ou Pao de Açucar en brésilien, un téléphérique est mis à la disposition des globe-trotters. Cependant, il est possible d’y aller à pied en montant les escaliers. Cette dernière option est plus sportive, mais la récompense qui attend les routards au sommet en vaut vraiment la peine.

Après cette ascension du Pain de Sucre, les bourlingueurs peuvent se rendre au Corcovado. Se trouvant également dans la baie de Rio, ce mont est couronné par la somptueuse statue du Christ Rédempteur ou Cristo Redentor en brésilien, l’une des sept nouvelles merveilles du monde. Ici, les visiteurs auront une vue incomparable sur la baie, le Pain de Sucre et sur l’ensemble de la ville de Janeiro. Cette sculpture a été faite par l’artiste Paul Landowski et elle a été inaugurée le 12 octobre 1931. Elle mesure près de 38 m de hauteur et culmine à plus de 700 m. Depuis sa construction, cette statue est devenue un véritable symbole du Brésil. Tous les ans, elle reçoit la visite de 750 000 personnes. Le Cristo Redentor du Corcovado a été classé monument historique en 1973. Il est à noter que l’accès au Christ Rédempteur peut se faire via des escaliers roulants et des ascenseurs panoramiques.

Par ailleurs, la découverte des merveilles du Brésil continue dans le parc national de la Chapada Diamantina. Ce site se trouve à 400 km à l’ouest de Salvador, au cœur de Bahia. Il est implanté dans une région dominée par des montagnes, des canyons et des hauts plateaux. Ce parc est surtout célèbre pour ses cascades et ses chutes d’eau qui sont estimées au nombre de 300. Cette oasis du nord-est du Brésil reçoit tous les ans la visite de milliers de vacanciers. Sur les lieux, plusieurs activités sont à faire comme le trek, l’escalade ou encore le parapente. Toutefois, la randonnée reste l’activité la plus prisée des aventuriers de passage à Chapada Diamantina. Durant leur promenade au cœur de ce parc, les globe-trotters resteront sans voix devant la beauté de la Cachoeira da Fumaça. Celle-ci est la plus haute cascade du Brésil avec ses 400 m de haut. Elle se trouve au creux d’un canyon aux mille et une couleurs.

 

Pour en savoir plus sur le Brésil : la fiche pays Brésil éditée par Mondassur

ou encore le site Marco Vasco, spécialiste du voyage au Brésil

 

 

 

2304874364_cd78bd8073

Partir à l’autre bout du monde pendant 1 an est une véritable aventure. Mais comme toute bonne chose, l’aventure a un prix, et ce prix est souvent de devoir laisser tomber votre situation professionnelle.

Que vous soyez étudiant, employé ou dans la transition entre fin d’études et vie professionnelle, le visa vacances-travail va littéralement marquer une pause dans votre parcours scolaire ou professionnel. A partir du moment où vous foulerez le sol de votre pays d’accueil, vous ne serez plus ni étudiant ni salarié, mais porterez le statut de PVTiste, et sortirez donc du schéma professionnel classique.

Cette « pause » professionnelle refroidit beaucoup de prétendants au PVT qui, par peur de louper un CDI ou de ne plus intéresser les recruteurs à leur retour, préfèrent s’abstenir de quitter leur pays. Si ces pensées négatives sont parfois véridiques, il existe heureusement beaucoup de bonnes raisons de partir 1 an à l’autre bout du monde. Des raisons qui peuvent intéresser les recruteurs, enrichir votre CV et qui méritent donc d’être citées. En voici cinq :

• Partir seul au bout du monde, c’est prendre un risque

Le risque d’échouer et de rentrer chez soi sans un sou, mais aussi le risque de réussir et de s’épanouir totalement. Quoi de plus attrayant pour un recruteur qu’un jeune diplômé capable de prendre des risques calculés ? De grands domaines professionnels sont basés sur la prise de risque. Le Marketing n’est-il pas un positionnement choisi des entreprises pour tenter d’atteindre le plus de consommateurs possible ? Les lois des marchés financiers ne sont-elles pas basées sur des prises de risques continuelles ? Les personnes qui savent prendre des risques sont celles qui avancent et qui font avancer les entreprises. Le profil du PVTiste peut donc tout à fait intéresser les recruteurs à la recherche de personnes entreprenantes, et qui savent prendre de vraies initiatives.

• 1 an à l’étranger, c’est une nouvelle langue sur votre CV

A moins de partir en PVT dans un pays francophone, vous serez très certainement forcés de pratiquer une langue qui n’est pas votre langue maternelle pendant 1 an. Difficile de ne pas progresser en langue lorsqu’on n’a tout simplement pas le choix. Profitez donc de cette année pour apprendre une nouvelle langue comme le japonais et pour améliorer votre anglais au quotidien. Cela représentera certainement un grand atout sur votre CV et vous ouvrira peut-être même des portes vers des postes internationaux qui étaient auparavant hors-de-portée.

• Tenir 1 an, c’est gérer un budget

A moins d’être accueilli chez votre tante adorée, ou d’être le petit-fils de Bill Gates, vous n’allez certainement pas partir en PVT à l’étranger avec des finances illimitées. Certains d’entre vous partiront même avec le minimum d’argent requis pour survivre avant de trouver un travail. Et pourtant, il vous faudra tenir 1 an financièrement, que ce soit en termes de logement, de nourriture, de sorties, de transport, et tous les merveilleux frais annexes auxquels on ne pense pas toujours. Quelle plus belle occasion que le PVT pour tester votre capacité à gérer un budget ? Si vous tenez 1 an tout en étant partit avec une petite ou moyenne somme d’argent, voilà un point fort à mettre en valeur auprès des recruteurs à votre retour. De nombreux postes de cadre nécessitent la bonne gestion d’un budget, parfois variable.

• Les beaux esprits se rencontrent

On vous l’a très certainement répété un bon nombre de fois au cours de vos études : l’important, c’est de se créer un réseau. Vous savez, ce nouveau mot tendance qui a remplacé le mot piston, un poil trop péjoratif. Plus sérieusement, partir 1 an à l’autre bout du monde, c’est se donner l’occasion de rencontrer des profils similaires et parfois complémentaires avec qui vous souhaiterez peut-être demain monter une entreprise ! Si vous n’avez pas la fibre entrepreneuriale, vous pouvez tout de même faire de belles rencontres qui vous seront utiles dans votre future carrière professionnelle.

• Contre un profil similaire, comment mieux se démarquer ?

Ne nous voilons pas la face. Même si vous avez travaillé très dur pour obtenir vos diplômes et que vos expériences professionnelles valent véritablement le coup, il y a de grandes chances pour que vous ne soyez pas le seul. D’autres personnes aux parcours similaires viendront certainement postuler aux postes qui vous intéresseront et il faudra alors savoir se démarquer. Cette année seul à l’étranger peut être un très bon atout dans votre poche. Partir seul en Asie peut passer pour très impressionnant pour un recruteur. Mieux, ce même recruteur peut également être un grand admirateur de cette partie du monde, ce qui augmente véritablement vos chances de succès !

Voilà 5 bonnes raisons de partir en PVT, il ne vous reste désormais plus qu’à vous lancer ! Si vous partez avec ces faits positifs en tête, cette expérience ne peut vous être que bénéfique. A bientôt à l’autre bout du monde !

 

Pour en savoir plus sur le PVT et sur les assurances PVT, rendez vous sur le site www.mondassur.com

 

Auteur : Alexandre Kerbellec

Son blog : http://nihonkara.fr/blog/

mondassur_lets go explore

Avec un « ton » jeune et humoristique, Lucile de Cheesecakes & Travels nous donne aujourd’hui quelques conseils pour réussir son expatriation (ou du moins ne pas trop la « foirer » !)

« Le 22 Avril 2010, je quittais ma campagne natale, avec un Master en Marketing, 1 an d’expérience professionnelle et 3000 euros en poche, pour tenter ma chance à Hong Kong.

J’ai dit à ma mère : je serai de retour dans un an !

Quasiment six ans et trois pays plus tard… Papa et Maman m’attendent toujours.

En 6 ans, j’ai pu avoir un aperçu de ce qui semble marcher en termes d’expatriation. Ou pas, en fait.

Le premier truc que j’ai retenu : ON NE CLAQUE PAS TOUT.

Votre boîte peut l’avoir mauvaise si vous vous cassez du jour au lendemain. Le « Ciao les losers, moi j’me casse au Brésil », on évitera, donc.

Malheureusement, aucun pays ne vous laissera vivre ad vitam aeternam chez eux sans contrepartie. Ou alors, ça s’appelle un pot-de-vin.

Alors, avant de partir, on va (essayer de) faire tout bien comme il faut.

Destination

Idéalement, dans quelle région du monde on voudrait habiter ?

Le monde est grand, il y a de quoi choisir. A moins que vous ne sortiez d’une grotte ou que vous ne vous croyiez investi d’une mission spirituelle vous exigeant de tout faire péter, la liste des pays à éviter est assez claire en ce moment.

Réveillez le politologue et l’économiste qui sommeillent en vous et prospectez. Quels sont les pays aux taux de chômage les plus faibles ? Quels sont les pays où il fait bon vivre ? Quel est le taux de criminalité ? Et selon vos goûts de luxe – ou pas, quels sont les pays au salaire médian les plus élevés ? Indice : Pas très loin de la France. Quels sont les pays les plus flexibles en termes de visas ? Indice : Pas les US. Quels sont les pays dans lesquels on peut être payés à rien faire ? Indice : aucun.

Idéalement, il faut faire du repérage dans la ville, pour éviter les déceptions dès l’arrivée :

Comment ça il n’y a pas de McDo au Vietnam ?? Je repars tout de suite !!! Enfin je dis ça, je ne l’ai jamais fait…

Comment ça, ils parlent Chinois à Hong-Kong ?!!

Comment ça, il neige en Nouvelle-Zélande ?!

Comment ça, t’as pas le droit aux chewing-gums a Singapour ?!

Préparation

Les sous

Je suis loin d’être une experte financière – dois-je mentionner mon 1/20 en partiel de Finance en Master 2 ? Probably not. – mais bon, faites vos calculs. 3000 euros ne dureront pas aussi longtemps à Londres qu’ils dureraient au Vietnam par exemple, à moins que vous n’ayez déjà des goûts de vieux expats nantis.

Le boulot

Pour la faire short, 2 options : on a un taff avant de partir, ou on en a pas.

Si on tient absolument à avoir un boulot avant de partir, c’est simple : on ne part pas avant d’en avoir un. Mais objectivement, si comme moi vous bossez dans un secteur « passe-partout », il y a de fortes chances que ce soit plus simple d’en trouver une fois sur place. Dans les deux cas, on écume les sites de recherche d’emploi locaux et on voit ce qui ressort, on épluche notre liste Facebook, on effeuille Linkedin, on checke les sites des Ministères de l’Immigration, etc.

Administration

Tout comme des toilettes publiques, on laisse l’endroit aussi propre qu’on aimerait le (re)trouver. On résilie TOUT. Abonnement téléphone, Glamour, assurance voiture, etc. Assurez-vous de laisser assez sur votre compte en banque, au cas où vous oubliez d’annuler un prélèvement, qui donneraient lieu à des découverts, qui entraîneraient la fermeture de votre compte, qui vous amènerait à appeler votre mère en catastrophe pour qu’elle vous évite un fichage à la Banque de France. True story.

On prévient aussi la Sécu, ses caisses de retraites, les impôts blabla, et on voit quelles options sont proposées.

Et sinon, bien qu’un peu moyenâgeuse, la Sécurité Sociale c’est quand même génial – on s’en rend compte quand on n’en a plus et qu’un scanner du doigt de pied coûte un SMIC. Alors on couvre son derrière, on investit dans une belle assurance expatriation. Je suis en train de renouveler la mienne personnellement, et je crois bien l’avoir trouvée chez Mondassur, qui me semble être la meilleure assuirance en termes de rapport qualité-prix.

Sur place

Ca y est, vous avez choisi votre destination, vous avez pris vos billets, vous avez fait vos adieux déchirants– ou pas, et vous êtes partis. Félicitations !

Si vous avez choisi l’option « je trouve un job sur place », il va simplement falloir redoubler d’efforts : contacter les chambres de commerce, bombarder les entreprises françaises de CV, fréquenter assidument toutes les soirées networking… et puis se prendre un nombre de vents phénoménal, se demander quelle connerie on a fait là, pleurer au téléphone avec sa maman, supplier son ex-boss de nous reprendre (mais je crois qu’il n’a pas trop apprécié le « ciao les losers »). Cela fait partie du jeu.

Et puis un jour, tout finit par s’arranger. Vous finirez par trouver un boulot, un appart un peu mieux que les 37 cagibis qu’on vous aura fait visiter jusque-là, vous rencontrerez des gens avec qui vous vous entendrez vraiment.

Et puis quelques mois plus tard, on vous demandera si vous comptez rentrer en France vu que votre ultimatum des 12 mois se rapproche, et là, vous vous rendrez compte que vous êtes pas mal, là, loin. »

 

Billet de Cheesecakesandtravels

 

 

mondassur Véronique Martin-Place

Véronique Martin-Place, femme expatriée accomplie qui a su s’épanouir professionnellement en expatriation. Elle partage aujourd’hui son expérience :

 

Pourquoi avez-vous souhaité vivre à l’étranger ?

Je suis partie vivre à l’étranger pour suivre mon petit copain qui est devenu mon mari. Autrement dit, je suis partie à l’étranger par amour sans me douter que je visiterai les quatre coins du monde !

Quelle a été votre première destination en tant qu’expatriée ?

Je suis d’abord partie en Norvège de 1999 à 2002. Mais cela ne s’est pas arrêté là ! Trois autres expatriations (Sri Lanka, Etats-Unis, Chine) entrecoupées de deux retours en France ont suivi ! Je suis ce qu’on appelle une multi-expatriée !

Quel a été votre parcours professionnel depuis vos débuts en tant qu’expatrié ?

Étant donné que je suis partie en tant que conjointe accompagnatrice, mon parcours professionnel est atypique et peu linéaire.

Pour faire court, je suis diplômée de Sciences Po et titulaire d’un doctorat en Sciences Politiques. Je me destinais à une carrière d’enseignant-chercheur que je n’ai pas eu le temps d’amorcer du fait de mon départ à l’étranger. J’ai pu travailler la dernière année de mon séjour en Norvège mais après avoir appris de manière intensive le norvégien et sur un poste qui n’avait rien à voir avec mes compétences. A Sri Lanka, j’ai enseigné l’histoire-géo au niveau collège et lycée à l’école française de Colombo. A mon retour en France, j’ai trouvé un emploi à Audencia Nantes École de management en tant que chargée de mission Relations Internationales. Mais encore une fois au bout de trois ans, nous sommes repartis !

Arrivée aux États-Unis à l’automne 2008, j’ai commencé à chercher du travail dans un contexte économique peu favorable puisque c’était le début de la crise. Et là, j’en ai eu assez et j’ai décidé de créer une activité professionnelle nomade et pérenne qui puisse me suivre où que j’aille et qui corresponde aussi à mes envies profondes. C’est comme cela que j’ai créé Writer Forever en 2009. Au départ, j’étais rédactrice indépendante. Puis mon projet a évolué en fonction de mes valeurs, de ma mobilité et des opportunités qui se sont présentées à moi. Aujourd’hui, je suis auteure et formatrice en écriture. Je fais des recherches et j’écris des livres. J’encadre des projets rédactionnels à travers mes services d’accompagnement à l’écriture et je forme à l’écriture par le biais de mes ateliers à distance ou en présentiel.

En y regardant de plus près, cela ressemble beaucoup à ce que j’aurais fait si j’étais devenue enseignant-chercheur mais sur des problématiques très différentes !

Si vous étiez restée en France, pensez-vous que votre carrière aurait été différente ?

Oui, car je serais rentrée dans un moule ! J’aurais fait ce que l’on attendait de moi. Tandis que là, j’ai surtout fait ce que j’ai voulu puisque j’avais le choix et le temps d’aller dans la direction que je voulais. C’est une chance extraordinaire.

Qu’est-ce qui vous a surpris le plus à l’étranger ?

Tout ! Dès qu’on franchit une frontière, tout change, tout est différent. Quand on part en vacances deux semaines à l’étranger, c’est dépaysant, ça fait du bien, c’est marrant même. Car l’on sait que l’on va rentrer à la maison. C’est du temporaire. Quand vous vivez à l’étranger et surtout quand vous changez de pays régulièrement, il faut tout réapprendre. On redevient en quelque sorte un enfant, qui doit réapprendre à marcher, à parler, à se faire des amis, etc … C’est à la fois excitant et aussi très frustrant. Cela débouche sur des situations cocasses et inconfortables, ce que les spécialistes de l’interculturel appelle des faux-pas. Par exemple à Sri Lanka et en Asie d’une manière générale, la notion de temps n’est la même que la nôtre. Je me rappelle d’une anecdote qui me fait aujourd’hui rire mais qui sur le moment m’avait beaucoup énervé. J’attendais une livraison et l’artisan m’avait promis qu’il viendrait mardi. Dans mon esprit, cela signifiait le mardi suivant. Il est bien venu un mardi mais un mois plus tard !

Qu’appréciez-vous le plus ?

Ce que j’apprécie le plus dans la vie d’expatrié, c’est la possibilité de pouvoir découvrir une nouvelle culture et de pouvoir voyager dans une zone géographique où je n’aurais jamais été si j’étais restée en France. C’est un des grands avantages de ce mode de vie.

Quelle est votre plus grande fierté ?

Ce dont je suis le plus fière, c’est d’avoir su me réinventer professionnellement, d’avoir un travail qui me plaise et de le faire où que j’aille. Car l’emploi est le dossier le plus difficile à gérer lorsque l’on est conjoint d’expatrié.

Un conseil pour les Français/es qui souhaiteraient partir en expatriation ?

Mon conseil serait plutôt pour le conjoint accompagnateur, que ce soit un homme ou une femme. Je lui conseillerai de bien réfléchir en amont aux raisons qui motivent son départ. Quels sont ses objectifs ? Quel est son projet personnel et professionnel ?

Savoir pourquoi on part et quelles sont ses propres motivations est une démarche aussi importante que savoir ce qu’il faut mettre dans sa valise ou les vaccins qu’il faut faire. Car avoir conscience de ce que l’on cherche aide beaucoup à le trouver.

 

Son site internet : Writer Forever

Son blog d’expatriée : Expat forever

Sa Page Youtube : https://www.youtube.com/channel/UC_pnr5s27wuFM_L3kd06ZwA

 

 

mondassur_colombie

Depuis peu, la Colombie profite d’un retour à la paix civile. Afin d’encourager le tourisme, l’Union européenne vient de signer un accord d’exemption de visas. Les voyageurs européens vont être conquis.

Un passeport en cours de validité est suffisant

Depuis le 3 décembre, un passeport en cours de validité suffit pour les citoyens de l’Union Européenne qui se souhaitent se rendre en Colombie. Les ressortissants de la Colombie qui se rendent dans l’Union Européenne n’auront pas l’obligation de posséder un visa s’ils effectuent un séjour de moins de 90 jours. Pour circuler dans les deux sens, il suffit donc d’être titulaire d’un passeport en cours de validité.

 

© 2011 Le blog des voyageurs atypiques Suffusion theme by Sayontan Sinha